Anne van Kakerken
إقرأ للكاتب نفسه
Une autre économie
2016-12-31 | Anne van Kakerken
La désespérance des peuples naît de décisions économiques et politiques qui leur échappent. Une autre économie est possible, un composé de résistance et d’indignation, mais aussi de rigueur dans l’action et de foi dans nos potentiels. Locale et solidaire, elle s’est mise en marche depuis des décennies et ne cesse d’agglomérer de nouvelles forces vives. Ses acteurs apparaissent comme des pionniers, et sont très certainement les précurseurs d’un chemin de progrès que tous finiront par emprunter, d’une manière ou d’une autre, lorsque auront été usées les vieilles ficelles d’un capitalisme débridé. L’économie locale, sociale et solidaire, s’affirme comme un moyen au service d’une société et non une fin en soi ; les lois qui la régissent sont la primauté de l’homme sur le capital, un ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants, un réinvestissement des bénéfices dans des projets durables, d’utilité sociale ou écologique, et des prises de décision plus démocratiques.
Cher Ahmed,
(Lettre à un ami syrien)
2016-12-05 | Anne van Kakerken
Ce dimanche matin une voix m’a saisie, surgie des ondes de France Musique ; c’était Oum Kalthoum qui de son chant si singulier m’empoignait soudain le cœur, comme si un monde englouti cherchait émergence, vibrant de réminiscences, « mon » monde arabe si joyeusement parcouru, si généreux à mon égard qu’il m’a offert mes amours, et parmi mes plus belles amitiés.
Les impensables du nucléaire
2016-08-01 | Anne van Kakerken
Aux pays détenteurs de l’arme atomique, l’ONU rappelle qu’il existe un Traité d’interdiction complète des essais nucléaires,
Les démons de Voltaire
2016-07-04 | Anne van Kakerken
Quand une ministre française de la Justice, noire de peau, se fait traiter de guenon par un enfant que ses parents ont également muni d’une peau de banane pour toute expression de leurs revendications, on se prend à rougir, cherchant partout autour de soi, dans une sorte d’affolement intérieur : mais où donc étaient cachés ces vieux démons que nous pensions avoir écrasés sous nos talons ? Par ailleurs, les politiques se grattent la tête depuis quelques années avec une expression hautement urticante pour les esprits, « identité nationale », au point que chacun en a la vue troublée et la langue alourdie de toutes sortes d’âneries et de fâcheux amalgames. On s’alarme également, de toutes parts, devant la cristallisation des identités, le repli sur ce qui sépare et stigmatise, les revendications qu’on dit « communautaires », les territoires où l’on reste « entre soi ».
La promesse de Louxor
2016-05-04 | Anne van Kakerken
Adou avait promis de m’emmener à Louxor. Mais un matin d’août son cœur s’est arrêté en entrant dans la mer, sur les rivages d’Alexandrie. Deux ans plus tard je me mis en tête de lui faire tenir sa promesse. Après une visite au Caire à sa mère toujours inconsolable, je quittai la mégalopole par le train avec l’esprit confiant du pèlerin. Je plongeai avec délectation dans les paysages, ce don du Nil qui se proclamait si ouvertement avec ses champs de terre noire, au pied des montagnes qui acculaient au désert. Je décidai qu’Adou était à mes côtés, et à peine descendue du train je n’eus qu’une idée fixe : vivre pleinement la magie de ces heures promises. Partout dans les temples de l’Egypte antique je vins prononcer doucement son nom, le déposant en offrande parmi la mémoire des cartouches et des stèles, le glissant d’un souffle au-dessus des bas-reliefs. J’opposais au colossal, aux colonnes écrasantes, à l’inquiétant visage des dieux-animaux, ma foi renouvelée dans la survie des âmes, l’énergie spirituelle dont je sentais la puissance, comme une source perlant en toute chose, jusque dans la matière la plus dense.
L’humanité au féminin
2016-04-04 | Anne van Kakerken
Nul ne peut nier que nous vivons dans des sociétés bâties sur un mode presque exclusivement masculin. Imaginons qu’au contraire, les femmes aient fait prévaloir leurs choix, que l’énergie qui leur est propre se soit répandue dans tous les aspects de la vie. On verrait peut-être l’humanité honorer une divinité à leur image, une Déesse Mère, reine céleste et matrice du monde, insufflant l’amour de la Terre et de ses dons, le respect pour la médecine des fleurs. Les esprits les plus égarés seraient bien en peine de lui mettre les armes à la main, pour l’élever en un dieu guerrier et vindicatif, jaloux et scrupuleux au point de créer divisions et dissensions, jusqu’à l’éclatement en sectes ennemies.
Le corps spirituel
2016-03-07 | Anne van Kakerken
L’homme immature et sans conscience donne à voir son corps blessé, malade ou meurtrier, guerrier contre l’humain, perdant son âme à chaque flot de sang. Ses dissensions et ses failles se révèlent à la façon dont il use de son corps.
Toi qui es femme, connais-tu ton corps, sais-tu ce qui en toi cristallise le désir si constant au cours de l’histoire, de t’avilir, de te soumettre, te nier dans ta chair ? Il doit dormir en ton corps une puissance, une splendeur dont tu as égaré la clef, pour que s’abattent contre toi les plus infâmes tyrannies.
Et si c’était au travers du corps que Dieu invitait à sa rencontre ? Alors toute atteinte serait profanation. Si la sagesse véritable, la spiritualité libérée des dogmes et des religions, passaient par le corps au lieu de le dénigrer, de le croire entrave au travail de l’esprit ? Avez-vous déjà observé l’intelligence de votre corps, pour lequel rien n’est hasard, où tout fait sens, avez-vous appris à écouter les intuitions qu’il vous prodigue, mieux, saurez-vous le considérer comme un don, le temple d’un souffle incarné, un oracle à consulter, interroger, dispensateur de connaissance par la voix de votre inconscient ou de vos sens, dans le
Un sens à nos maux
2016-02-01 | Anne van Kakerken
Son nom continue à faire frémir, l’énoncer, le prononcer en diagnostic donne la sensation d’un mal insidieux injustement et silencieusement installé dans notre corps. Le cancer demeure l’une des principales causes de mortalité dans le monde, et les efforts d’une médecine toujours plus sophistiquée ne semblent pas en mesure de l’enrayer. Démunis, les malades courent chercher le salut auprès de praticiens de santé dont on attend la toute-puissance du remède.
La leçon des bâtisseurs de paix
2016-01-04 | Anne van Kakerken
Voici quatre figures qui ont peu de chance de devenir iconiques. Leurs noms, certes, ont beaucoup circulé, mais la mémoire s’avoue rétive à les retenir ; les journaux les écorchent régulièrement, se fatiguant à les citer tous les quatre d’affilée, et les visages des trois hommes semblent parfois prêts à se confondre. Aussi a-t-on opté pour le terme « quartette », dont l’écho musical nous parle si justement d’orchestration et de recherche d’harmonie, d’autant qu’ils furent bien plus que quatre, apportant chacun avec soi toute une organisation riche de son histoire et de son identité.
المزيد
جريدة اليوم
جاري التحميل