Le spectacle auquel nous assistons en Syrie est effrayant et tragique. Le peuple syrien est, une fois de plus, abandonné entre l’enclume de l’État islamique et le marteau d’un régime sauvage soutenu par l’ours russe qui broie sans ménagement. Le pays entier semble avoir été déraciné, massacré et déplacé ; par ses drames il rejoint désormais le peuple palestinien. L’ours russe ne connaît pas les règles les plus élémentaires de la diplomatie. Pourquoi s’en étonner ? C’est un ours. Il prétend combattre Daech, alors qu’il attaque en réalité l’Armée syrienne libre à Rastan et ses environs.