« D’une manière générale, un goût esthétique, quand il n’est pas inexplicable, est à ce point gouverné par des motivations non esthétiques que l’on peut se demander si la critique littéraire tout entière n’est pas une gigantesque entreprise de charlatanisme » (Charles Dickens). D’où l’intérêt de tâter le pouls du goût esthétique… des étudiants. C’est ce que font pour la quatrième année consécutive l’Institut français du Liban et le Bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) par le biais du prix littéraire francophone régional Liste Goncourt / Le Choix de l’Orient. Cet événement, qui fait suite à la révélation par l’Académie Goncourt de la première liste de quinze ouvrages en lice pour le prix Goncourt, repose principalement sur la participation active des étudiants des universités membres de l’AUF dans la région Moyen-Orient. Ces derniers lisent et font leur choix à partir des ouvrages de la seconde sélection de l’Académie Goncourt, ceci grâce à l'appui et au conseil de leurs enseignants.

Deux temps forts ont marqué cette année le salon du livre francophone de Beyrouth, qui s’est tenu du 23 octobre au 1er novembre 2015 :

• La remise de la version en langue arabe du roman Meursault, contre-enquête, version co-éditée par Barzakh (Algérie) et Dar al Jadid (Liban), entre les mains de son auteur Kamel Daoud, lauréat 2014 du Choix de l’Orient. La cérémonie a été suivie par une séance de signatures.

• La proclamation du prix, considérée comme un événement phare du salon du livre, suivie par un débat entre auteurs, étudiants et public sur le livre primé.

Un prix où les éditeurs n’imposent pas leur choix dans les coulisses :
Le prix vise à promouvoir la littérature francophone contemporaine auprès des étudiants, en encourageant l’exercice du jugement critique à travers la lecture, les débats et la rédaction de chroniques littéraires. Le jury étudiant est présidé comme chaque année par un auteur, et il entend contribuer au dialogue interculturel par la participation d'étudiants venant de dix pays de la région Moyen-Orient : Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Irak, Iran, Jordanie, Liban, Palestine, Syrie et Soudan. « Un prix littéraire ne dit rien de la qualité d’un roman », a déclaré Martin Page. Le Choix de l’Orient affiche son ambition de le contredire.

La littérature qui rassemble : participation de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie, sans oublier la Palestine


L’édition 2015 du Choix de l’Orient a emporté l’adhésion de dix pays à l’échelle régionale, et un total de vingt universités (27 jurys). Le choix des pays est significatif en lui-même. Voyez plutôt :
Liban (5 universités, 11 jurys) : Université libanaise, Université Saint-Joseph, Université Islamique du Liban, Université arabe de Beyrouth, Université Jinan.   
Egypte (4 universités, 5 jurys) : Université Ain Shams, Université d’Alexandrie, Université du Caire, Université de Mansoura.  
Djibouti (1 université, 1 jury) : Université de Djibouti.
Emirats arabes unis (1 université, 1 jury) : Université Paris Sorbonne Abu Dhabi.
Irak (1 université, 1 jury) : Université Salahaddin.
Iran (1 université, 1 jury) : Université de Téhéran.
Palestine (3 universités, 3 jurys) : Université de Birzeit, Université Al-Aqsa, Université An-Najah.
Soudan (1 université, 1 jury) : Université de Kordofan.
Syrie (1 université, 1 jury) : Université de Damas.
Jordanie (2 universités, 2 jurys) : Université de Jordanie, Université de Yarmouk.  

Dates-clés autour du salon : Le salon du livre s’est tenu du 23 octobre au 1er novembre au BIEL.


  •     6 octobre : 2ème sélection de 8 titres par l’Académie Goncourt.
  •     8 octobre : lancement officiel de la 4ème édition du Choix de l’Orient.
  •     25 octobre : remise de son roman traduit en arabe au lauréat 2014, Kamel Daoud, au salon du livre francophone.
  •     30 octobre : proclamation du lauréat 2015 du Choix de l’Orient par le grand jury, suivie d’un débat public au salon du livre francophone.
  •     3 novembre : attribution du prix Goncourt.