« Celui qui n’économisera pas agonisera » conseillait le philosophe chinois Confucius. Son peuple semble l’avoir écouté. Les Chinois se sont révélés de redoutables hommes d’affaires, et les voici au 21e siècle ces « nouveaux capitalistes » qui n’ont rien à envier à leurs prédécesseurs…

Les 26 et 27 mai 2015, la Conférence des hommes d’affaires arabes et chinois s’est tenue à l’hôtel Phoenicia à Beyrouth. L’événement visait à promouvoir le développement des relations commerciales et d’affaires entre la Chine et les pays de la région. Pour sa sixième édition, la Conférence s’est d’emblée inscrite dans un programme à la fois ambitieux et mythique : construire ensemble la ceinture économique de la route de la soie. Une délégation de près de 250 personnalités chinoises était présente, constituée de hauts fonctionnaires du gouvernement chinois, comme le vice-président de la Conférence consultative politique du peuple chinois, M. Zhengwei Wang, l’ambassadeur de Chine au Liban, M. Jiang Jiang, ou encore le vice-président du Conseil chinois pour la promotion du commerce international, M. Ping Yu ; ils se sont joints pour l’occasion à de hauts dirigeants des secteurs public et privé venus de plus de quinze pays arabes. La Conférence a débouché sur du concret, puisque le Conseil chinois pour la promotion du commerce international a signé un document d’entente avec la Fédération des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture des pays arabes, ce qui devrait donner davantage de dynamisme à la coopération commerciale arabo-chinoise.

La Conférence a lieu environ tous les deux ans et elle est accueillie alternativement en Chine et dans les pays arabes. Son organisation a requis la collaboration de nombreux acteurs politiques et économiques : le ministère libanais de l’Economie et du Commerce, le ministère des Affaires étrangères ainsi que l’Agence de développement des investissements au Liban (IDAL), le ministère de l’Economie et le ministère du Commerce extérieur de la Chine, la Ligue des Etats arabes, l’Union générale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture des pays arabes, le Conseil chinois pour la promotion du commerce international.

M. Adnan Kassar, président d’honneur de la Fédération des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture des pays arabes, et président du Groupe Fransabank, sponsor stratégique de la Conférence, avait eu un rôle pionnier pour rapprocher la Chine du Liban. Il avait vu juste : la Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial du pays. Promenez-vous au Liban, achetez du matériel électronique, un tee-shirt, une machine à laver : il y a de fortes chances pour que vos emplettes soient en provenance de Chine. Mais au-delà de la puissance commerciale du géant chinois, les rivages du Liban ont toujours été des débouchés naturels sur l’antique route de la soie, comme a aimé à le rappeler M. Adnan Kassar dans son allocution lors de la cérémonie d’ouverture ; la réactivation et le développement de cette voie historique constituent donc un projet prometteur pour le pays des cèdres.