ANI, Hala Madi –  L’écrivain et poète libanais Gibran Khalil Gibran considérait son livre Le Prophète comme sa seconde naissance. Il a déclaré peu avant sa mort en 1931 : « Ce livre a rempli toute ma vie ».  
Publié en 1923, Le Prophète a été traduit dans plus de cinquante langues. Le film d’animation de 84 minutes tiré du livre, est l’œuvre de dix réalisateurs et neuf producteurs originaires du Canada, de France, du Liban, du Qatar et des Etats-Unis. Il raconte l’histoire d’un sage, al-Mustapha, dont les paroles suscitent la peur de l’autorité politique. Sur le point de s’embarquer pour son pays natal après douze ans d’exil sur une île fictive, il est sollicité par les habitants afin de partager sa sagesse sur quelques grandes questions de l’existence : l’amour, la famille, le travail, la mort… Almatra, dont Salma Hayek joue le rôle, l’accompagne dans son voyage ; elle sera touchée par ses paroles et ses poèmes.
Ce film entraîne le spectateur dans un monde de pure créativité, le subjuguant par la beauté des dessins et une musique à couper le souffle, signée Gabriel Yared, musicien libanais de dimension internationale.
Ce chef-d’œuvre voit le jour dans un monde arabe tourmenté. On y entendra par-dessus tout une invitation à l’amour et à la paix, loin de la violence et de la haine. 
Les producteurs ont tâché de transformer le rêve de Gibran en réalité : « Quand l’amour vous fait signe, suivez-le, bien que ses voies soient dures et rudes. Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui. Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser. Et quand il vous parle, croyez en lui… ».