(…) Rien de plus épouvantable que de regarder cette guerre qui se déroule aujourd'hui contre le corps arabe et musulman en Syrie, en Irak et ailleurs, à travers le corps des femmes. Le corps des femmes incarne la guerre la plus dangereuse et la plus excitante, il est aussi le plus à même d’exprimer, de représenter la violation du muharram (le sacré et l’interdit) dans la vie humaine sur cette terre, encore plus parlant que le corps du petit Alan jeté comme un jouet endormi sur la côte méditerranéenne. Peut-être que la guerre véritable est celle qui se déroule autour du corps d'une femme.