Pour célébrer le mois de ramadan, la Fondation culturelle Safadi a conjugué tradition et modernité dans le cadre original d’une soirée artistique remarquable et engagée, déclinée en un riche programme : musique et chant, avec la voix de l’artiste Oumayma El-Khalil, poésie, autour des textes de l’auteur palestinien Marwan Makhoul, performances captivantes des derviches mevlevis, accompagnés de cracheurs de feu, de conteurs, de qoudoud halabiya (chants d’Alep), sans oublier les sketches présentés par la jeunesse tripolitaine, inspirés de la réalité quotidienne.
Cette soirée accomplie a constitué un pôle d’attraction pour toute la région de Tripoli ; le public nombreux s’est rassemblé dans le théâtre du centre Safadi, où la performance de la troupe soufie Nouba a marqué la soirée, puis il s’est dirigé vers une rue Maarad illuminée, en face du centre Safadi, pour écouter l’artiste conteur Baraq Sabih et s’émerveiller devant les spectacles propres au mois de ramadan, en particulier les derviches tourneurs officiant au rythme des tambours et des gongs, les cracheurs de feu qui ont captivé l’attention et, bien entendu, la musique orientale et les qoudoud halabiya.
Enfin les spectateurs ont envahi une grande partie de l’artère adjacente qui longe la Foire internationale Rachid Karamé. Les abords de ce haut lieu architectural tripolitain se sont ainsi animés d’une ambiance festive qui s’est prolongée jusqu’aux toutes premières lueurs de l’aube. Les participants se sont alors régalés du souhour (repas rituel de l’aube) tandis que les distributeurs de jus paradaient dans leurs habits traditionnels. (...)
La directrice de la Fondation Safadi, Samira Baghdadi, a considéré que ce mois béni de ramadan ne se limitait pas à s’occuper des pauvres, mais que le don et la bienfaisance impliquaient aussi que nous partagions la joie dans des soirées culturelles et conviviales, par l’évocation des coutumes et des traditions de ramadan. Elle a souligné que ces rencontres transmettent l’allégresse de la musique et de l’art au cœur de l’auditoire, et qu’elles constituent également un appel à la paix, lancé depuis la Palestine et le Liban.