La révolution islamique, dirigée par l’imam Khomeiny, a positionné l’Iran en bonne place sur l’échiquier des puissances en vue au Moyen-Orient, parmi celles que leur influence et leur aura rendent incontournables ; elle a dans le même temps instauré un pouvoir populaire et théocratique moderne digne du plus vif intérêt.

Plus de trois décennies après sa naissance, des questions se posent encore sur les réalisations de l’Iran révolutionnaire au cours de ces années. Dans ce cadre, il nous semble opportun de mettre en lumière les vérités suivantes :

- Cette jeune république est parvenue à repousser les dangers qui la menaçaient depuis sa création, à construire un État islamique de droit et à déjouer tous les complots destinés à ruiner son rôle et son existence. Elle s’est imposée dans la configuration géostratégique régionale malgré les tentatives des uns et des autres pour la parasiter ou la défigurer.

- (…) L’économie iranienne a réussi à tirer profit de ses nombreux potentiels pour faire face à l’embargo économique et financier qui lui fut imposé dès la fin du règne du chah.

L’Iran ne s’est pas contenté de ses acquis importants en matière de technologies rares, telle la nanotechnologie utilisée en ingénierie biologique, physique ou chimique, et dans d’autres champs des sciences appliquées. Avec détermination, il s’est taillé une place dans le cercle fermé des puissances nucléaires et se tient aujourd’hui sur le seuil d’une incontestable victoire politique, en arrachant à ses ennemis la reconnaissance de son droit au nucléaire.

Dans l’espace, la dernière de ses innombrables réalisations scientifiques est le lancement avec succès du satellite industriel Fajr, conçu uniquement sur la base de l’expérience iranienne locale des chercheurs affiliés à l’Organisation des industries aérospatiales, elle-même rattachée au ministère iranien de la Défense.

- Politiquement, la révolution est parvenue à pointer du doigt le vrai visage du conflit régional. Car celui-ci n’est ni islamo-chrétien ni inter-musulman mais bien plutôt issu des efforts incessants des peuples de la région pour extirper le cancer sioniste. La révolution a ainsi remporté une victoire pour les déshérités de la terre et les forces de libération, loin de tout fanatisme confessionnel aveugle, loin, aussi, des intérêts politiciens et économiques qui régissent généralement la politique des États dans leur approche des événements. L’Iran s’est tenu face à l’occupant aux côtés du Jihad islamique, du Hamas et autres factions de la résistance palestinienne, et ce au même titre que le Hezbollah, apportant un soutien financier et militaire inconditionnel.