27 juin 2014.
  L’été libanais est au rendez-vous avec un fastueux calendrier de festivités qui consacre la passion du peuple libanais pour la vie, dans sa résistance aux escadrons de la mort qui gangrènent l’ensemble du monde arabe.
  Dans ce contexte, le Festival international de Jounieh, organisé par Phellipolis, l’Association des amis de Jounieh, association à but non lucratif, a commencé en juin avec des feux d’artifice qui ont illuminé le ciel de la ville, répandant la joie et l’émerveillement dans le cœur des habitants et des touristes, transformant Jounieh et sa baie en une perle lumineuse qui a ébloui les regards.
  Le public s’est extasié, pendant les quelques minutes qu’a duré le spectacle pyrotechnique, perdu dans la contemplation des fontaines lumineuses qui dansaient et se balançaient dans une belle harmonie tout le long de la baie, accompagnées de mélodies retentissantes.
  Cette célébration était le fruit de la coopération entre l’association Phellipolis, la municipalité de Jounieh et la société exécutive, ICE.
  Les organisateurs avaient obtenu une autorisation spéciale permettant aux propriétaires de yachts et de bateaux de plaisance de naviguer la nuit dans la baie de Jounieh. Ces embarcations étaient côtoyées par un grand navire de tourisme qui a longé la baie au rythme des mélodies orientales du célèbre disc-jockey Saïd Mrad. Il portait à son bord des personnalités de la politique, de l’économie et des médias, ainsi que des officiers de l’armée, qui avaient répondu à l’invitation du président du festival, Nehmat Frem.
  Quant aux soirées musicales, elles ont débuté le second jour, avec le compositeur Elias Rahbani, accompagné par un orchestre de soixante-dix musiciens et quatre chanteurs qui ont interprété les plus belles chansons de son répertoire. La star française choisie pour cette année était Zaz, la jeune chanteuse de rock jazzy, tandis que le public du rock alternatif était lui aussi comblé, avec le célèbre groupe américain, Imagine Dragons.