Eduque-la et tu la perdras », prévient un proverbe arabe, qui met en garde contre l'éducation des filles. « Bats ta femme ; si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait » : le proverbe est plus cruel, et il est bel et bien arabe. Il en est de plus cruels encore : « La fille, soit elle se trouve un homme, soit elle se trouve un tombeau ».
Dans l'Histoire, cependant, la dépréciation de la femme est loin d'avoir été exclusivement l'apanage des Arabes. La tradition orale des autres peuples n'aura pas été plus tendre à l'égard du deuxième sexe. Si l'Arabisme n'a jamais érigé le féminisme en bannière, il semble étonnant qu'en matière de misogynie Orient et Occident présentent plus de similarités que de dissonances. Nous ne sommes pas en train d'insinuer que les civilisations se ressemblent; nous sommes en train de constater que les hommes se ressemblent.
« Où la femme règne, le diable est premier ministre », dit un proverbe allemand.
« Des femmes et des chevaux, il n'y en a point sans défauts », assure un proverbe français.
« Deux femmes et une oie font un marché », renchérit un proverbe italien.
« La femme infidèle a des remords ; la femme fidèle a des regrets », considère un proverbe japonais.
« Lorsque la chance nous sourit, nous rencontrons des amis ; lorsqu'elle est contre nous, une jolie femme », prétend un proverbe chinois.
« Femmes, chevaux et vignes exigent maîtres rigoureux », ose un proverbe turc.
Or les proverbes sont infiniment populaires: ils sont créés par des anonymes, et ne sont répétés que par les petites gens. Mais que dire quand c'est l'illustre élite pensante qui dénigre la femme, avec encore une plus grande férocité verbale? Lisez bien les noms de ceux qui ont signé les citations ci-dessous, chers lecteurs : ils sont loin d'être des figures de l'ombre.
« Qu'est-ce qu'une maîtresse ? Une femme près de laquelle on ne se souvient plus de ce qu'on sait par cœur, c'est-à-dire de tous les défauts de son sexe. » (Chamfort)
«Emanciper les femmes, c'est les corrompre. » (Honoré de Balzac)
«Quoi de plus léger qu'une plume? La poussière. - De plus léger que la poussière? Le vent. - De plus léger que le vent ? La femme. - De plus léger que la femme ? Rien. » (Alfred de Musset)
« Un homme de lettres peut avoir une maîtresse qui fasse des livres ; mais il faut que sa femme fasse des chemises. » (Denis Diderot)
«Souvent femme varie, bien fol qui s'y fie.» (François 1er)
«Les femmes, peu aptes à la sublimation, souffrent d'un trop-plein de libido.» (Sigmund Freud)
« Une femme qui a un amant est un ange, une femme qui a deux amants est un monstre, une femme qui a trois amants est une femme.» (Victor Hugo)
« La constitution délicate des femmes est parfaitement appropriée à leur destination principale, celle de faire des enfants. Sans doute la femme doit régner à l'intérieur de la maison, mais elle ne doit régner que là. Partout ailleurs elle est déplacée. » (Mirabeau)
« Les femmes sont plus chastes des oreilles que de tout le reste du corps.» (Molière)
«La meilleure femme est celle dont les hommes parlent le moins.» (Périclès)
« Il y a un principe bon qui a créé l'ordre, la lumière et l'homme et un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la femme.» (Pythagore)
« Elle flotte, elle hésite : en un mot, elle est femme. » (Jean Racine)
«Fragilité, ton nom est femme!» (William Shakespeare)
«La femme est l'addition des ennuis, la soustraction du porte-monnaie, la multiplication des ennemis et la division des hommes. » (George Bernard Shaw)
«La laideur et l'insanité de notre vie viennent du pouvoir qu'ont les femmes: ce n'est pas à la femme d'élever des revendications contre l'homme, mais à l'homme de s'émanciper de la femme.» (Léon Tolstoï)
«La femme, enfant malade et douze fois impure.» (Alfred de Vigny)
«Les femmes ressemblent aux girouettes: elles se fixent quand elles se rouillent.» (Voltaire)
«Les femmes partagent nos plaisirs, doublent nos tourments et triplent nos dépenses.» (Oscar Wilde)